Les compétences principales développées en entrepreneuriat

Publié le 15 novembre 2020 dans S'inspirer

FacebookTwitterLinkedIn

On dit souvent qu’un(e) entrepreneur(e) doit développer rapidement plusieurs compétences dans le cadre de ses fonctions. Dans cet article, nous allons en faire la preuve. 

Nous nous sommes demandé quelles étaient les compétences principales développées par nos entrepreneurs technologiques incubés au sein de l’ACET.

À lire aussi: Comment maximiser votre courbe d’apprentissage dans vos débuts en affaires

Rosemarie St-Yves Ferron Cofondatrice de Cigogne Technologies

Rosemarie St-Yves Ferron | Cigogne Technologies

Cofondatrice

« Le travail interdisciplinaire et la débrouillardise » 

Depuis mon lancement en affaires, j’ai eu à développer ces deux compétences, surtout puisqu’il faut collaborer avec des experts de différents domaines et en apprendre énormément sur des sujets qui nous sont inconnus

Vincent Nault CEO et cofondateur LUMED

Vincent Nault | Lumed

CEO et cofondateur

« Mes qualités d’orateur, mon écoute, mon sens de la négociation et mon leadership » 

À force de faire des présentations, il est essentiel d’être capable de faire un bon « show ». Que ce soit des clients, des investisseurs ou des partenaires, ils sont tous exposés à des présentations régulièrement. Il faut être en mesure de faire mieux que les autres. C’est de cette façon que j’ai développé mes qualités d’orateur. 

En tant qu’entrepreneur, il faut savoir comprendre les clients, mais aussi les employé(e)s. Ce n’était pas ma force au début, mais je pense que mon parcours m’a forcé à écouter davantage les autres.  

Que ce soit pour du financement, des services professionnels, le salaire des employés ou le prix de vente de nos produits, la négociation est toujours déterminante. C’est important de réussir à obtenir les meilleurs « deals » sans se mettre à dos l’autre partie. Dans mon cas, ce dernier point est crucial, car je sais que j’aurai encore à faire affaire avec les personnes concernées. 

Lumed est actuellement en développement et, dans les phases de transition, il est important de pouvoir servir d’exemple au sein de mon entreprise. Il est difficile de quantifier l’impact du leadership, mais je pense que l’équipe est alignée sur la cause de notre entreprise grâce à ma capacité de rallier les gens, que j’ai développée au fil des années. 

Étienne Lemieux BioAlert

Étienne Lemieux | BioAlert Solutions

CEO et cofondateur

« La capacité de gestion et la polyvalence » 

Dans le cadre de nos fonctions, il faut savoir gérer des centaines de dossiers en même temps. Ça demande beaucoup d’organisation. De plus, l’entreprise est constamment en croissance, ce qui demande une adaptation continue

Simon Chaput - Boréas

Simon Chaput | Boréas Technologies

CEO et fondateur

« Les étapes relatives au lancement en affaires »

Avant de démarrer Boréas, j’étais un étudiant au doctorat qui travaillait dans un laboratoire universitaire sur ma technologie. J’avais beaucoup de compétences très pointues pour inventer de nouvelles choses. 

Depuis que j’ai lancé mon entreprise, j’ai dû apprendre à faire presque tout : lever des rondes de financements, gérer la propriété intellectuelle, embaucher des employé(e)s et les gérer, vendre des produits, négocier des partenariats internationaux, et plus encore. 

Bien que je ne prétende pas être un expert dans tous ces domaines, je crois que tout entrepreneur à succès doit être en mesure d’acquérir un grand nombre de compétences rapidement. 

À l’université, un examen échoué résulte dans le pire des cas à la reprise du cours. Dans le cas d’une entreprise, les erreurs effectuées dans le cadre de ces nombreuses tâches peuvent avoir des impacts énormes, voire mener à sa fermeture. 

Mathieu Allaire | Agendrix

CEO et cofondateur

« Ma compréhension des chiffres et ma communication » 

La liste est longue, mais étant développeur de formation, je dirais que ma compréhension des chiffres et de l’administration au sens large a beaucoup évolué depuis. 

L’entrepreneuriat m’a aussi forcé à sortir de ma zone de confort. J’ai un profil plutôt introverti, mais à force de donner des conférences et d’assister à des rencontres d’affaires, je suis devenu plus à l’aise dans ces diverses tâches de communication, et aujourd’hui, j’y prends goût.