Lire l’article original

Marie-Hélène David est présidente et fondatrice de Myni, une entreprise de produits ménagers et de soins corporels non toxiques basée à Québec, ici dans de nouveaux locaux.
Marie-Hélène David est présidente et fondatrice de Myni, une entreprise de produits ménagers et de soins corporels non toxiques basée à Québec, ici dans de nouveaux locaux. «PHOTO DIDIER DEBUSSCHÈRE»

C’est le branle-bas de combat chez Myni, un fabricant de produits nettoyants écologiques de Québec: l’entreprise déménage dans de nouveaux locaux où elle pourra augmenter considérablement sa production et, elle l’espère, assurer un avenir plus sain à la planète. 

«Ça fait drôle de voir autant de poussière dans les bureaux d’une entreprise qui se spécialise dans les produits ménagers!» blague la présidente et fondatrice de Myni, Marie-Hélène David, en faisant visiter les installations de 1600 mètres carrés en plein chantier.

En 2020, la comptable professionnelle agréée (CPA) de formation a été scandalisée d’apprendre qu’un produit nettoyant était à l’origine de la corrosion de la tuyauterie de sa cuisine.

Avec l’aide de chimistes, elle s’est donné comme mission d’offrir une solution non toxique à ce qui se trouve habituellement sur les tablettes des magasins.

Depuis, Myni est devenue un chef de file en matière de produits nettoyants écoresponsables pour la maison et le corps. Ses pastilles et ses concentrés solubles dans l’eau sont désormais vendus dans plus de 1150 points de vente au Canada et aux États-Unis.

À la suite de l’arrêt des opérations de Medicago en 2023, la PME a négocié la location d’un vaste espace comprenant un entrepôt, un laboratoire et des bureaux administratifs. La mise à niveau et la rénovation des installations ont nécessité un investissement de 1 M$.

«On commençait sérieusement à manquer de place à Saint-Augustin-de-Desmaures, admet la fondatrice. On a dû louer des entrepôts indépendants dans le parc industriel où se trouvaient nos bureaux, mais ce n’était pas idéal. Là, toute l’entreprise sera rassemblée au même endroit, c’était une occasion parfaite.»

Trop gros

La jeune entrepreneure ne s’en cache pas: le nouveau siège social est nettement trop volumineux pour la taille de Myni, malgré sa croissance fulgurante.

«On a beaucoup trop de capacité de production. Par contre, on est les seuls qui font des pastilles [de produits ménagers] en Amérique du Nord. Actuellement, toutes les pastilles sont fabriquées en Europe et importées ici.»

Marie-Hélène David est présidente et fondatrice de Myni, une entreprise de produits ménagers et de soins corporels non toxiques basée à Québec, ici dans de nouveaux locaux.
«PHOTO DIDIER DEBUSSCHÈRE»

Myni a donc décidé de se positionner comme un producteur de rondelles nettoyantes non toxiques. Plusieurs grandes marques souhaitent faire fabriquer leurs produits à Québec.

«Ça va nous permettre d’utiliser notre chaîne de production à pleine capacité, fait valoir Marie-Hélène David. À terme, on espère que Myni prendra de plus en plus de place dans nos commandes, mais en attendant, c’est une très belle occasion de justifier nos investissements tout en rendant le domaine plus vert avec des produits qui ne sont pas nocifs pour l’environnement.»

Imprévus

Comme dans tout déménagement qui se respecte, de nombreuses boîtes trônent un peu partout dans l’entrepôt qu’occupait Medicago sur l’avenue Watt.

À l’instar d’un divan qui ne passe pas dans un cadre de porte, un imprévu retarde le dépaquetage. Lors du passage du Journal, certaines pièces de machinerie se faisaient toujours attendre.

«On a pris du retard pour mettre en place la chaîne de production. Ça n’a pas l’air de ça, mais tout sera prêt pour l’ouverture de notre boutique d’ici la fin mars», assure Mme David avec fébrilité.

Une pastille à la fois

De l’autre côté de la porte de l’entrepôt, Myni ouvrira une boutique physique pour permettre à la clientèle de «venir voir» tout son éventail de produits pour la maison et pour la peau.

«On veut attirer les gens curieux qui ont entendu parler de nous, mais qui ne sont pas convaincus. On les invite à venir essayer […] On a deux nouveaux brevets dans le collimateur pour 2024, alors on dévoilera aussi de nouveaux produits», souligne la mère de deux jeunes enfants.

Alors que les produits de Myni sont déjà bien implantés dans plusieurs commerces indépendants et pharmacies, Marie-Hélène David et son équipe sont en pourparlers avec de grandes bannières de l’alimentation naturelle au Canada.

«On y va une pastille à la fois, mais il y a clairement un engouement pour notre offre sur le marché. Chez Myni, on a pour notre dire que ce sont des petits gestes pour la planète au quotidien, comme de choisir des produits sains, qui ont un grand impact à long terme.»

EN RAFALE

Entreprendre c’est… Une chance de revoir les standards préétablis pour changer les choses en se basant sur ses valeurs.

Qui t’inspire? Mes enfants. C’est avant tout pour leur offrir une planète en meilleure santé que Myni est née. Quand je trouve ça difficile, je pense à l’impact que je peux avoir dans leur futur.

Si tu pouvais changer une chose dans le monde, ce serait… Le réchauffement climatique! C’est tellement inquiétant ce qui se passe et ça va empirer. C’est le fun, il fait chaud en février, mais ce n’est pas normal.