5 raisons menant à l’échec entrepreneurial

Publié le 18 septembre 2020 dans S'informer

FacebookTwitterLinkedIn

On ne se lance pas en affaires sans être conscient des défis imprévus et des échecs éventuels. C’est bien connu.

Tout le monde aimerait être capable de prévoir avec exactitude si un projet d’entreprise sera un succès ou un échec, mais c’est impossible de le faire sans avoir mis le projet au monde.

Mes années d’expérience en soutien au développement d’entreprises et en tant qu’entrepreneur m’ont amené à être en contact avec plusieurs situations fragilisant la stabilité d’une organisation.

Voici quelques raisons qui peuvent diminuer ou ralentir la croissance d’une entreprise et potentiellement créer sa perte. 

Raison #1 : un produit qui ne répond pas adéquatement aux besoins des clients et du marché.

Souvent, les entrepreneurs font l’erreur de développer leur technologie sans être suffisamment en contact avec le marché et leurs futurs clients. Ils se disent qu’en ayant une technologie unique et formidable, la commercialisation sera facile et naturelle…

Mais c’est plutôt le contraire.

C’est en étant rapidement en contact avec vos potentiels clients que vous serez en mesure de développer une technologie adaptée à ses besoins et attentes, et que vous obtiendrez plus de succès en commercialisation.

Plusieurs entrepreneurs font l’erreur d’investir énormément de temps et d’argent dans la construction d’une technologie « parfaite » sans aller la valider dans le marché.

Ils se fient à leur propre perception du produit idéal et tentent de convaincre la clientèle qu’elle en a besoin par la suite.

Ils injectent des sommes importantes dans le développement de la technologie, pour finalement se rendre compte trop tard que le produit ne répond pas à un besoin réel et que les ventes sont inexistantes. 

Pour augmenter vos chances de succès, vous devez rapidement « challenger » votre technologie auprès du marché pour l’adapter aux besoins des clients.

En d’autres mots, la technologie doit régler une douleur (pain) ou un problème sérieux du marché ou du client.

C’est ainsi que vous réduirez vos risques d’échecs et que vous augmentez votre crédibilité auprès des investisseurs et financiers.

Raison #2 : Le manque de financement en phase de développement du produit

On appelle la phase de développement de produit « la traversée du désert ».

C’est une étape où vous n’avez que peu de preuves de concept et où les financiers perçoivent encore beaucoup de risques à investir dans votre projet.

Vous devez donc générer de la confiance chez les investisseurs et les financiers en montrant que vous êtes structurés dans votre développement, qu’il y a un intérêt du marché, et, bien sûr, en montrant des preuves de votre concept.

En augmentant ce niveau de confiance, vous faciliterez l’obtention de financement dans vos premières étapes de développement.

Soyez conscient que les financiers ne financeront pas des projets qu’ils considèrent trop risqués, et commencez dès les débuts à poser des actions pour vous crédibiliser à leurs yeux.

Sans cela, vous éprouverez beaucoup de difficultés à obtenir du financement pour passer à une autre étape, ce qui peut potentiellement mener au ralentissement ou à la fermeture de l’entreprise.

Raison #3 : Être continuellement en phase de développement de produit sans le commercialiser

Il peut parfois être difficile de s’arrêter quand on développe une innovation. Nos esprits créatifs veulent toujours améliorer le produit, y ajouter de nouveaux dispositifs, augmenter sa performance, etc.

Je connais plusieurs entrepreneurs motivés davantage par le côté technologique que par le côté entrepreneurial.

Ce qui les motive, c’est le défi de dépasser un seuil technologique, de créer quelque chose de nouveau… et ils placent la commercialisation du produit au second plan.

Toutefois, les clients n’ont pas toujours besoin de toutes les fonctionnalités innovantes pensées par les entrepreneurs.  

Ils recherchent une technologie qui règle le problème majeur auquel ils font face, sans nécessairement j’ajout d’artifices supplémentaires.

Vous devez faire attention à ne pas vous entêter sur la conception d’une technologie parfaite. Ce que vous considérez comme la technologie parfaite ne l’est pas nécessairement pour vos clients.

Il y aura toujours des améliorations à apporter à votre technologie, mais vient un temps où il faut vous lancer en commercialisation, même si le produit ne contient pas toutes les fonctionnalités que vous souhaiteriez qu’il offre. 

À noter que le développement de produit est aussi extrêmement coûteux. En retardant votre commercialisation, vous vous passez des revenus que procure la vente de votre technologie, et vous vous bloquez l’accès à des capitaux nécessaires à la croissance et à la survie de l’entreprise.

Gardez en tête que le produit idéal est un produit qui répond aux besoins et attentes des clients, pas aux vôtres. 

Donc, encore une fois, soyez le plus rapidement possible en contact avec vos futurs clients, restez à l’écoute de leurs besoins et contentez-vous d’y répondre pour commencer. Ensuite viendra l’ajout de dispositifs.

Raison #4 : Le manque de vision de l’entrepreneur.

Par « vision d’entrepreneur », j’entends deux choses.

Premièrement, la capacité d’un individu à prévoir ce qui s’en vient et à s’y préparer. Deuxièmement, le désir constant d’une personne à apporter des améliorations à l’entreprise.

Il y a environ 20 ans, j’ai entendu cette phase :

« Un entrepreneur sait regarder de très près les enjeux liés au futur, et regarder avec une certaine distance ce qui se passe au quotidien. »

Je trouve qu’elle représente bien la réalité d’un entrepreneur.

Il faut constamment avoir un oeil sur le futur, tout en gardant les mains sur le volant des opérations dans le présent.

Avoir une vision d’entrepreneur implique aussi de toujours chercher à améliorer votre entreprise. 

Vous devez avoir la volonté continue et pratiquement infinie d’optimiser tout ce qui entoure votre entreprise, peu importe le stade dans lequel vous vous trouvez.

Ainsi, savoir s’entourer de gens parfois meilleurs que soi dans des domaines précis, c’est aussi faire preuve de vision.

À lire aussi : Comment maximiser votre courbe d’apprentissage dans vos débuts en affaires

Sans cette vision, votre entreprise sera amenée à croître moins rapidement, à perdre en valeur dans le marché, et à prendre des coups durs en raison de votre difficulté à anticiper ce qui s’en vient.

Raison #5 : Ne pas écouter les conseils et recommandations de ses aviseurs/équipe/partenaires/coachs/clients. 

Comme entrepreneur, vous recevrez une panoplie de commentaires et suggestions des gens qui vous entourent. C’est inévitable.

Il faut savoir en prendre et en laisser.

Ce ne sont pas tous les conseils qui seront pertinents et qui pourront s’appliquer. Vous devez être en mesure d’évaluer leur pertinence avant de vous les approprier.

Pour évaluer leur pertinence, vous devez être ouverts aux suggestions et y apportez certaines nuances en fonction de votre connaissance de l’entreprise.

Par contre, j’ai vu trop d’entrepreneurs balayer du revers de la main les recommandations de leur réseau, sans les avoir réellement prises en considération.

Cette attitude diminue grandement les chances de succès du projet d’affaires et prive l’entreprise d’une importante expertise.

Considérez ces commentaires provenant de personnes d’expérience comme un privilège pour vous et votre entreprise.

Ils vous donnent accès à une expérience d’affaires précieuse.

Même si vous ne partagez pas toujours le même point de vue, ceux-ci vous forcent à vous remettre en question, à confronter vos idées et vous permet d’avoir un jugement plus éclairé dans les décisions.

Et c’est ainsi que vous avancez.

Je dis souvent aux entrepreneurs que je côtoie d’avoir l’humilité de se remettre en question, mais aussi de s’entourer de gens meilleurs que soi et complémentaires à leurs forces.

Un réseau d’affaires solide permet de faire émerger des opportunités, d’atteindre plus rapidement ses objectifs, et d’être mieux équipé pour s’adapter et faire face aux changements dans l’entreprise, qu’ils soient positifs ou négatifs.

Pour moi, c’est l’une des clés importantes du succès d’une entreprise technologique. 

Restez humble, ouvert d’esprit et à l’écoute de ce qui vous entoure. Vous créerez assurément des opportunités de développement pour l’entreprise.

Si vous vivez un échec, ce n’est pas la fin du monde.

On ne souhaite pas que ça arrive, mais vous devez assumer et continuer d’avancer.

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce n’est pas toujours mal perçu dans le monde des affaires. 

Bien sûr, il se peut que les organismes de financement et de prêts soient un peu plus sur la défensive lors de votre prochain projet, mais la communauté entrepreneuriale, elle, ne verra pas nécessairement cet événement de façon négative.

Certains échecs peuvent même être perçus positivement parce qu’ils démontrent du vécu et de l’expérience accumulés.

Et pour les clients d’une future entreprise, il ne faut pas s’inquiéter non plus. Leur principale caractéristique est qu’ils ne cherchent qu’à combler leur besoin. Si votre offre répond à leurs attentes, ils oublieront vite votre échec.

En cas d’échec, il faut se relever.

Tout entrepreneur coure le risque de faire face à un échec. Ce n’est pas une vision pessimiste ou négative, c’est réaliste. 

Par contre, le plus important n’est pas l’échec en soi, mais la façon dont vous réagissez à celui-ci. Même s’il est difficile à voir, vous devez trouver le positif derrière la fermeture de votre entreprise et vous y accrocher.

En d’autres mots, vous devez apprendre de vos erreurs. C’est là que réside tout le positif que vous cherchez.

En cas de fermeture d’entreprise, vous devez automatiquement prendre le temps de bien analyser les causes et d’identifier les correctifs qui auraient pu être apportés pour éviter que cela ne se produise.

Ce n’est pas facile à faire. Dans ces situations, on veut souvent oublier le plus vite possible et passer à autre chose. Et parfois, c’est vrai, il faut prendre une pause et passer à autre chose.

Mais pas pour toujours.

Éventuellement, quand vous vous sentez prêts, il est important que vous reveniez analyser ce qui s’est passé. Cela vous permettra de vous développer, tant d’un point de vue entrepreneurial que d’un point de vue personnel, et d’éviter de reproduire les mêmes erreurs.

Vous devrez aussi prendre la responsabilité de l’échec et l’accepter.

Cela revient encore une fois à rester humble. Vous n’êtes pas exempts d’erreurs, et vous devez avoir l’humilité de le reconnaître.

Ensuite, si vous souhaitez continuer dans le monde des affaires après un échec, vous devez avoir la sagesse d’attendre le bon projet et non pas nécessairement le premier projet qui vous tombe sous la main.

Gardez en tête que l’échec n’est pas une finalité, c’est parfois seulement une étape par laquelle il faut passer pour atteindre le succès.

Guy Dionne

Guy Dionne

Directeur développement des entreprises

Guy partage ses solides habiletés en gestion, sait identifier les opportunités d’affaires et use de sa capacité à innover et à se démarquer pour accompagner les entreprises technologiques incubées à l’ACET.