PHOTO MAXIME PICARD, LA TRIBUNE Mahmood Shirazy, PDG et cofondateur de Calogy Solutions

Simon Lord | La Presse | Lire l’article original

Calogy Solutions conçoit et fabrique des batteries de même que des composants de gestion thermique pour batteries, deux produits ayant un fort potentiel en aérospatiale. Avec sa nouvelle usine, qui ouvrira d’ici deux ans, l’entreprise de Sherbrooke pourrait doubler le nombre de ses employés.

En mars dernier, Calogy Solutions annonçait l’achat d’un terrain dans le parc industriel régional de Sherbrooke afin d’y construire sa première usine de fabrication. Le projet avance à bon rythme.

« On finalise actuellement les plans d’architecture. On va commencer les travaux en 2024. On devrait y déménager en 2025 », explique le PDG et cofondateur, Mahmood Shirazy. Conçu pour accueillir une cinquantaine d’employés, le bâtiment pourra soutenir une production annuelle, à terme, de 1 million d’unités thermiques par année, et de 3000 à 5000 modules de batterie.

Incorporée en 2017, l’entreprise a véritablement commencé à brasser des affaires en 2020. Depuis, elle a travaillé avec différents clients comme Safran, Unither Bioélectronique et Bell Textron.

Ce qui la différencie des autres fabricants de batteries : ses modules de gestion thermique, qui permettent de régler la température des batteries. C’est que les batteries au lithium-ion fonctionnent le mieux dans les températures allant de 15 à 25 ℃, explique le PDG.

« Plus chaud, la batterie vieillit prématurément ou risque de prendre en feu, dit-il. Plus froid, sa performance est réduite. »

Applications aérospatiales

Mahmood Shirazy voit un nombre d’avenues potentielles pour les batteries de son entreprise dans l’industrie aérospatiale.

La première est celle des avions 100 % électriques. Comme les batteries au lithium-ion ont encore une densité énergétique relativement faible, ceux-ci sont principalement des aéronefs à décollage et atterrissage verticaux pouvant servir de taxis aériens et couvrant de courtes distances.

La seconde est celle des aéronefs utilisant deux sources d’énergie. On peut penser à des avions utilisant de l’hydrogène et des batteries, par exemple, mais aussi à des aéronefs hybrides qui utiliseraient des turbines traditionnelles doublées d’une propulsion électrique pour les atterrissages et les décollages.

C’est que les turbines à gaz traditionnelles sont très efficaces à vitesse constante, en mode « croisière », explique le PDG. Mais elles gaspillent beaucoup d’énergie au décollage et à l’atterrissage, contrairement aux moteurs électriques.

« Certaines compagnies développent actuellement des moteurs hybrides et nos batteries seraient très appropriées pour ce genre d’application. »

Un ciel plus propre

Mahmood Shirazy reconnaît que des moteurs d’avion entièrement électriques ne permettraient pas de régler totalement le problème des émissions de CO2 liées au transport aérien : la production d’électricité n’est pas nécessairement propre partout dans le monde.

Toutefois, ils permettraient d’endiguer un autre problème causé par les turbines traditionnelles : celui de la pollution de l’air.

«Les moteurs d’avion produisent actuellement beaucoup de particules qui sont nocives pour l’environnement. Avec des moteurs électriques, propulsés par des batteries comme les nôtres, on viendrait amenuiser ce problème.»

-Mahmood Shirazy, PDG et cofondateur de Calogy Solutions

En attendant sa nouvelle usine, Calogy Solutions a toutefois du pain sur la planche. En juillet dernier, Ottawa annonçait lui verser un soutien financier de 1,4 million de dollars par l’entremise de Développement économique Canada (DEC). Des sommes qui l’aideront à se développer davantage.

« Le montant a servi à créer 16 emplois, portant le total à 20, et aidera notre équipe d’ingénieurs à développer notre technologie davantage », dit Mahmood Shirazy.